• 18 décembre 2018
Le Mot du Président
Pr Adjima THIOMBIANO

L’Université Ouaga II, créée par décret n° 2007-834/PRES/PM/MESSRS/MEF du 12 décembre 2007 dans un contexte de crise universitaire, s’est fixée pour objectif, de contribuer significativement au développement socio-économique de la société burkinabè à travers une formation et une recherche de qualité. Elle (...)
UO2 en images
Revues Scientifiques
Compteur de visite
Aujourd'hui : 133
Hier : 380
Total : 459110
CEREMONIE D’OUVERTURE DE LA 12è EDITION DE LA SEMAINE DU DEBTAT ECONOMIQUE (SEDECO) .

Le Centre d’Etudes, de Documentation et de Recherche Economiques et Sociales (CEDRES) de l’Université Ouaga II a organisé du 25 au 29 juin 2018 la 12è édition de la Semaine du Débat Economique (SEDECO).
Placée sous le haut patronage de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, et le parrainage de Madame le Ministre de l’économie, des finances et du développement, la cérémonie d’ouverture des travaux a eu lieu le mardi 27 juin 2018 à partir de 18h dans la salle de réunion de la Direction Générale de la Coopération (DGCOOP).

Etaient invités à cette cérémonie, économistes professionnels, chercheurs, décideurs, praticiens, enseignants, médias, entrepreneurs, collectivités locales et régionales, producteurs, étudiants et lycéens, membres d’associations et grand public. On a noté également à cette cérémonie, la présence du Conseiller Technique, représentant le Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation. Le thème de la présente édition a porté sur « Energies renouvelables : enjeux et défis pour l’Afrique ».
Deux interventions ont ponctué la cérémonie d’ouverture : l’intervention du Directeur du CEDRES pour son mot introductif et de bienvenue et celle du Président de l’Université Ouaga II.

Dans son mot introductif, le Professeur Idrissa OUEDRAOGO, Directeur du CEDRES a rappelé que le thème de la présente édition vient à point nommé dans un contexte particulier marqué par des difficultés d’accès à l’énergie, ce qui est un défi pour les Etats africains. C’est du reste, une tradition que le CEDRES a consacré qui consiste à choisir le thème de la SEDECO en rapport avec les préoccupations de développement nationales et internationales. Il s’est agi à travers la SEDECO, de mener la réflexion sur la question afin de faire des propositions de techniques innovantes. Pour lui, l’accroissement des coûts de l’énergie est de nature à réduire structurellement la compétitivité et le développement de certaines activités économiques des populations africaines. D’où la nécessité d’explorer les voies et moyens par lesquels le continent africain peut redéfinir les stratégies de développement dans la perspective d’une transition énergétique.

Pour le Vice-président chargé des enseignements et des innovations pédagogiques, représentant le Professeur Adjima THIOMBIANO, Président de l’Université Ouaga II, le thème de cette 12è édition est très pertinent en ce sens qu’il traduit les préoccupations actuelles des gouvernants africains en général, et ceux du Burkina Faso en particulier. Il en profite pour féliciter l’équipe dirigeante du CEDRES ainsi que le comité d’organisation de la présente édition. Il a par ailleurs salué la disponibilité des communicateurs qui sont des spécialistes de la question, venus du Burkina et d’ailleurs. Il n’a pas manqué de traduire toute sa reconnaissance aux partenaires techniques et financiers pour les soutiens multiformes à l’organisation de la SEDECO de cette année. Il a pour terminer, invité les différents acteurs du domaine à participer pleinement aux travaux de la SEDECO, toute chose qui va permettre de sortir des propositions concrètes aux décideurs dans le sens de la diminution drastique de la dépendance énergétique des pays d’Afrique vivant les mêmes réalités sur le plan économique et du Burkina Faso en particulier.

Durant cinq (05) jours, les participants à la SEDECO ont eu droit à des communications sur des sous-thèmes enrichissants (« théorie et politique énergétique », « potentiel et efficacité énergétique pour l’activité économique », « énergie renouvelable, éducation, formation, emploi et recherche », « transformation structurelle du secteur de l’énergie au Burkina Faso », etc.) qui ont été données par des experts et des praticiens dans le domaine de l’économie et de l’énergie.

La clôture des travaux est intervenue le vendredi 29 juin 2018 à partir de 20h30 toujours dans la salle de conférence de la DGCOOP.

TOUGRI Hamado
Chargé de presse et de communication