• 18 décembre 2018
Le Mot du Président
Pr Adjima THIOMBIANO

L’Université Ouaga II, créée par décret n° 2007-834/PRES/PM/MESSRS/MEF du 12 décembre 2007 dans un contexte de crise universitaire, s’est fixée pour objectif, de contribuer significativement au développement socio-économique de la société burkinabè à travers une formation et une recherche de qualité. Elle (...)
UO2 en images
Revues Scientifiques
Compteur de visite
Aujourd'hui : 133
Hier : 380
Total : 459110
ATELIER DE RESTITUTION DE RESULTATS DE RECHERCHES SUR LA PRODUCTIVITE AGRICOLE AU BURKINA FASO.

Le Laboratoire d’Analyse Quantitative Appliquée au Développement du Sahel (LAQAD-S) de l’UFR/SEG de l’Université Ouaga II a organisé un atelier de restitution de résultats de recherches portant sur des thématiques relatives à la productivité agricole au Burkina Faso. Une cérémonie dédiée au dit atelier a eu lieu le jeudi 15 novembre 2018 à 9h dans la salle de réunion de l’ISSP de l’Université Ouaga I Professeur Joseph KI-ZERBO. La cérémonie a été placée sous la présidence du Professeur Adjima THIOMBIANO, Président de l’Université Ouaga II.

Ont participé à l’atelier, les enseignants-chercheurs et les doctorants de l’UFR/SEG, les chercheurs du CNRST et les acteurs des secteurs ministériels en charge de l’agriculture, de l’environnement, du foncier et de l’économie du Burkina Faso.

Deux interventions ont marqué l’ouverture des travaux de l’atelier : celle du professeur Pam ZAHONOGO, Directeur du LAQAD-S et celle du Professeur Florent SONG-NABA, Vice-président chargé de la Recherche et de la Coopération Internationale (VP/RCI), représentant le Président de l’Université Ouaga II.

Dans son allocution, le Directeur du LAQAD-S a tenu à préciser que si l’université veut être une solution au développement des pays, elle doit contribuer significativement à la production de la connaissance, à la valorisation des savoirs endogènes. Il a indiqué que l’organisation de cet atelier de restitution des résultats des travaux de recherche sur la productivité agricole du Burkina Faso, menés par des enseignants-chercheurs de son laboratoire montre que l’Université Ouaga II ne travaille pas en vase clos mais qu’elle est au service de la société. Il a ajouté que ces travaux de recherches ont bénéficié du soutien financier du Consortium pour la Recherche Economique en Afrique (CREA) basé à Nairobi (KENYA), de l’Institut National de la Statistique et de la Démographie (INSD) et du Ministère en charge de l’agriculture. Il a terminé ses propos en faisant une brève présentation de son laboratoire qui est ouvert à tout chercheur qui désire contribuer au rayonnement de la recherche et plus précisément dans le domaine de l’économie.

Le VP/RCI a, au nom du Président de l’Université Ouaga II, souhaité la bienvenue à tous les participants. Il a en outre remercié et félicité les deux chercheurs pour les résultats auxquels leur travaux ont permis d’atteindre. En effet, les résultats de leurs travaux montrent que si on élimine les contraintes de crédit, on améliore la productivité du maïs de 17% et la sécurisation foncière induit une amélioration de 17% de la productivité agricole au Burkina Faso. Il a salué à sa juste valeur, l’initiative qu’a eu le LAQAD-S d’organiser un atelier en vue de restituer ces résultats de recherche. Il fonde l’espoir que ces résultats pourront orienter les décideurs politiques pour une relance du secteur agricole dans notre pays.

L’atelier a pris fin avec la présentation des deux thématiques, l’une portant sur la relation entre la contrainte de crédit et la productivité agricole et l’autre sur la relation entre la sécurisation foncière et la productivité agricole. Ces deux thématiques ont été développées respectivement par Docteur Mohamed PORGO et Docteur Doubahan Adeline COULIBALY, tous membres de l’équipe du LAQAD-S.

Le service de communication UO2